Profil du métier

Les spécialistes de la sécurité au travail et la protection de la santé (STPS) sont actifs dans des entreprises de toutes les branches ou dans des organes d’exécution comme la Suva, le SECO et les inspections cantonales. Dans leur fonction, les spécialistes assurent la mise en pratique des directives légales concernant la STPS dans les entreprises.

Règlement et directives relatives au règlement

Questions fréquentes concernant le nouvel examen professionnel

Le Règlement d’examen et les Directives relatives au Règlement ont été approuvés par le Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation SEFRI en août 2017.

Les Directives ont été adaptées le 26.06.2019.

Ci-dessous, les réponses aux questions les plus fréquemment posées sur l’examen professionnel. Les termes utilisés dans l’actuel Règlement sur « l’examen professionnel de spécialiste de la sécurité au travail et de la protection de la santé (STPS) » du 7.8.2017 s’appliquent. Link

Quand aura lieu le prochain examen professionnel de « spécialiste de la sécurité au travail et de la protection de la santé STPS » ?

Les dates du prochain examen professionnel sont publiés ici. L’examen est proposé en français, allemand et italien.

Quelles sont les conditions d’éligibilité à l’examen ?

Sont autorisées à passer l’examen final les personnes qui ont réussi les modules requis (voir question suivante) ou peuvent justifier d’attestations d’équivalence correspondantes, et qui sont titulaires

  1. d’un certificat fédéral de capacité (CFC) ou d’un diplôme équivalent et d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans, dont une année minimum dans le domaine STPS, ou
  2. d’une maturité gymnasiale, d’une maturité spécialisée, d’un certificat de culture générale ou d’un certificat équivalent et d’une expérience professionnelle d’au moins 5 ans, dont une année minimum dans le domaine STPS, ou
  3. d’un diplôme de haute école et d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans, dont une année minimum dans le domaine STPS.

Les chargés de sécurité et ingénieurs de sécurité, au sens de l’ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail (RS 822.116), sont admis automatiquement à l’examen professionnel fédéral jusqu’au 31.12.2024 (Règlement d’examen, point 9.12 et 9.13). Cela signifie que cette admission facilitée sera valable pour la dernière fois pour l’examen de 2024.

Existe-t-il un cours préparatoire à l’examen professionnel de spécialiste de la sécurité au travail et de la protection de la santé STPS et combien de temps dure-t-il ? 

Il existe plusieurs organismes de formation pour les cours préparatoires. Les personnes justifiant d’une formation suffisante (reconnue) peuvent suivre des cours passerelles. Les écoles organisent librement la formation, raison pour laquelle nous ne pouvons donner de détails sur le type de cours, la durée et les frais. La liste des organismes de formation que nous connaissons est disponible ici

Quel titre porteront les personnes qui n’ont suivi que quelques modules ?

Le titre de « spécialiste de la sécurité au travail et de la protection de la santé » est protégé et donc réservé aux personnes qui ont réussi l’examen final.
Une confirmation de fin de module sera délivrée pour les modules suivis individuellement, comme pour une formation continue.

Combien coûte l’examen professionnel ?

Les coûts de l’examen professionnel se montent à CHF 2‘000.-.

Combien coûtent les cours préparatoires ? 

Les coûts des cours préparatoires et de l’examen final des modules sont fixés individuellement par chaque organisme de formation.

Les personnes qui passent l’examen professionnel peuvent bénéficier à certaines conditions d’une prise en charge par la Confédération de 50% des frais des cours préparatoires (CHF 9'500 max.) selon le régime de financement axé sur la personne.  Plus d’infos à ce sujet ici.

La CFST verse à certaines conditions aux personnes ayant réussi l’examen professionnel une prime de réussite allant jusqu’à CHF 4'000. Informations complémentaires à ce sujet : CFST 

Le titre de « spécialiste de la sécurité au travail et de la protection de la santé STPS » donne-t-il droit au titre de « spécialiste MSST » ?  

Depuis l’entrée en vigueur le 1er mai 2018 de l’art. 11d de l’ordonnance sur la prévention des accidents (OPA – RS 832.30), les personnes qui ont réussi l’examen professionnel sont reconnues comme spécialistes de la sécurité au travail (MSST).

Les anciens diplômes de spécialistes MSST sont-ils toujours reconnus ?

La reconnaissance de spécialiste MSST n’est pas réglée par l’Association pour la formation professionnelle supérieure STPS, mais par l’ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail, l’ordonnance sur les qualifications (RS 822.116) et l’ordonnance sur la prévention des accidents (OPA, RS 832.30). L’Association pour la formation professionnelle supérieure STPS n’a pas connaissance de volontés d’adapter ou de supprimer la reconnaissance de diplômes existants.

L’Association pour la formation professionnelle supérieure STPS entreprend, dans la mesure de ses possibilités, les démarches pour que les diplômes existants soient réglés par des dispositions transitoires judicieuses.

Les anciens spécialistes MSST (chargés de sécurité, ingénieurs de sécurité) sont libres de compléter leur formation continue et de passer l’examen professionnel. L’admission facilitée à l’examen ou la demande d’obtention du brevet sans examen sont réglées dans les Dispositions transitoires du Règlement d’examen.

Les chargés de sécurité et les ingénieurs de sécurité, au sens de l’ordonnance sur les qualifications (RS 822.116), qui ont suivi le CAS Travail et Santé peuvent demander le brevet sans examen jusqu’au 6 août 2022 au plus tard (en ligne ou timbre de la poste faisant foi). Après cette date, plus aucune demande ne sera acceptée.
Selon le Règlement d’examen, il sera tenu compte uniquement du CAS Travail et Santé de la Haute école de gestion Arc, Neuchâtel et du CAS Arbeit und Gesundheit de la Hochschule Luzern.

Les certificats émis par la CFST aux chargés de sécurité et ingénieurs de sécurité restent-ils valables ?

L’Association pour la formation professionnelle supérieure STPS ne peut pas se prononcer sur la validité de certificats émis par d’autres organisations. L’Association pour la formation professionnelle supérieure STPS n’a pas connaissance de volontés de limiter la validité de certificats existants.

L’examen professionnel a-t-il des conséquences sur le titre d’ingénieur de sécurité ?

Le titre d’ingénieur de sécurité CFST ne sera pas affecté par l’introduction de l’examen professionnel. Un examen professionnel supérieur sera probablement proposé pour la première fois en 2024 qui remplacera la formation continue actuelle. Les dispositions transitoires y relatives seront réglées dans le Règlement d’examen en question.

Des dispositions transitoires sont-elles prévues pour les hygiénistes du travail (DAS ou MAS)?

Les compétences des hygiénistes du travail se rapprochent de celles des ingénieurs de sécurité plutôt que de celles des chargés de sécurité. D’éventuelles conditions transitoires, voire conditions d’admission facilitée devront être réglées dans le cadre de l’élaboration de l’examen professionnel supérieur (qui remplacera le titre actuel d’ingénieur de sécurité CFST).

Comment est évaluée l’expérience professionnelle d’une année dans le domaine STPS ?

Selon le Règlement d’examen, point 3.31 a) à c) sont admis à l‘examen final les personnes qui justifient d’au moins 1 année d’expérience professionnelle dans le domaine STPS.

L’expérience professionnelle dans le domaine STPS doit être confirmée au niveau qualitatif et quantitatif au moment de l’inscription par des attestations de travail/ certificats de travail. Beaucoup de candidats n’exercent pas leurs activités STPS à plein temps. Le taux d’occupation STPS (en %) multiplié par la durée (en années) doit donner un résultat d’au moins une année.

L’année pratique STPS doit avoir été accomplie au début de l’examen.

Cette année pratique est indispensable, car les épreuves de l’examen professionnel écrit, mais aussi oral se fondent sur les compétences STPS pratiques. Les compétences sont acquises dans les modules de formation au niveau de la théorie et dans vos activités STPS au niveau de la pratique.


Les compétences exigées au niveau pratique ne peuvent pas être compensées par des formations continues/ cours de perfectionnement (p.ex. CAS en psychologie d’entreprise, gestion de personnel, etc.).

Les activités composées de zones partielles du domaine STPS (p.ex. gestion de la santé en entreprise, gestion des bâtiments, protection des personnes) ne sont pas considérées à elles seules comme des expériences pratiques STPS. L’expérience pratique dans le domaine STPS doit être aussi diversifiée que possible.

L’expérience de ces dernières années démontre que les personnes qui remplissent tout juste les exigences au niveau de la pratique STPS obtiennent souvent des résultats serrés voire insuffisants à l’examen.

Comment puis-je prouver mes activités STPS, si je travaille comme indépendant(e) dans ce secteur ?

Vous êtes considérés comme spécialiste MSST indépendant uniquement si vous avez réussi l’examen final de « spécialiste STPS » ou si vous travaillez avec une formation postgrade de chargé(e) de sécurité ou d’ingénieur de sécurité selon l’ordonnance sur les qualifications.

Dans votre fonction d’indépendant(e), en vous occupant de domaines relatifs à la gestion de la qualité, la sécurité, la santé, l’environnement, les certifications ISO, etc., vous pouvez tout-à-fait traiter des sujets STPS qui peuvent en partie compter comme expérience pratique STPS. Etablissez une liste avec des données concrètes, ce que vous avez réalisé et où et dans quelle mesure. Complétez cette liste avec des contenus de projets concrets mentionnant les thèmes STPS au niveau qualitatif et quantitatif, ainsi que les personnes de contact qui peuvent nous renseigner à ce sujet le cas échéant.

Quelles sont les conséquences financières en cas de retrait ?

Un retrait de l’inscription à l’examen a des conséquences financières pour la personne en question et peut induire un résultat d’examen négatif selon la date du retrait (voir point 4.21 et suivants du Règlement d’examen).

Si le retrait a lieu plus de 6 semaines avant le début de l’examen, la raison de ce retrait n’a aucune importance. Le retrait doit être annoncé sans attendre et par écrit à la Commission d’assurance qualité.
La personne en question est biffée de la liste. La session d’examen n’est pas évaluée.
75% du coût de l’examen sont remboursés. Les autres 25% sont retenus pour l’examen d’entrée et les frais administratifs.

Si le retrait se fait dans les 6 semaines avant le début de l’examen, il faut déterminer selon le point 4.22 du Règlement de l’examen, si le motif du retrait est une raison valable ou pas.
Sont notamment réputées comme raisons valables :

  • a) la maternité ;
  • b) la maladie et l’accident ;
  • c) le décès d’un proche ;
  • d) le service militaire, le service de protection civile ou le service civil imprévus.

Les personnes qui se retirent de l’examen pour une raison valable sont biffées de la liste des participants. La session d’examen n’est pas évaluée.
50% du coût de l’examen sont remboursés. Les autres 50% sont retenus pour l’examen d’entrée et les frais administratifs.

Les personnes qui se retirent de l’examen pour une raison non valable dans les 6 semaines avant l’examen, l’examen est évalué comme « non réussi ».
Dans ce cas, les coûts de l’examen ne sont pas remboursés.

Combien de fois l’examen peut-il être repassé et quels coûts sont à prévoir ?

Selon le Règlement de l’examen (point 6.5) une personne qui échoue est autorisée à repasser l’examen à deux reprises. Seules les épreuves avec des notes insuffisantes peuvent être repassées.

Coûts de l’examen de rattrapage :

  • Examen complet    CHF 1’800.-
  • Epreuves 1             CHF   700.-
  • Epreuves 2             CHF   400.-
  • Epreuves 3             CHF   300.-
  • Epreuves 4             CHF   400.-

Dans quelles circonstances un retrait peut-il mener à un résultat négatif de l’examen ?

Si le retrait se fait dans les 6 semaines avant le début de l’examen, il faut déterminer selon le point 4.22 du Règlement de l’examen, si le motif du retrait est une raison valable ou pas.

Les personnes qui se retirent de l’examen pour une raison valable sont biffées de la liste des participants. La session d’examen n’est pas évaluée.

Les personnes qui se retirent de l’examen pour une raison non valable dans les 6 semaines avant l’examen, l’examen est évalué comme « non réussi ».

 

Exemples de questions d'examen

Vous trouverez ici des exemples de questions possibles tirées de l'examen d'examen du spécialiste de la santé et de la sécurité au travail (STPS). La date de publication est le 04 juillet 2019 et 07 juillet 2020.

2019_07_04_Questions_Examen_Du_Test_STPS_FR

2019_1_Questions_Examen_Du_Test_STPS_FR